À Lai Chau, au Vietnam, les instituteurs apprennent à utiliser du matériel bilingue pour les enfants issus de minorités ethniques

Dans la province montagneuse de Lai Chau, au nord-ouest du Vietnam, Aide et Action mène depuis 2015 un projet pour l’éducation des enfants issus de minorités ethniques. L’extrême marginalisation de ces populations, H’Mong notamment, est non seulement économique, sociale et géographique, mais également linguistique : les enfants ne parlent, pour la plupart, pas le vietnamien. C’est pourquoi le projet, en plus de ses volets éducation et nutrition, comporte également un volet « bilingue », touchant aussi bien les enseignants que les enfants.

Le 20-21 mai dernier, trois enseignants issus des communes de Nung Nang, Ta Leng et Khun Ha, à Lai Chau, tous trois activement impliqués dans le projet, ont présenté sur deux jours de formation, douze plans de cours intégrant des suppléments bilingues dans les activités d’enseignement au niveau préscolaire. Il s’agit de la deuxième formation de ce genre donnée à la communauté des enseignants des trois communes touchées par le projet.

Donner des cours bilingues, ça s’apprend

Les enseignants présents en ont profité pour discuter des difficultés et des défis qu’ils rencontraient dans l’utilisation de ces suppléments, en présence de l’équipe de pilotage d’Aide et Action, son partenaire local Cidosma, et du Comité populaire de Tam Duong, unité de mise en œuvre du projet. Les enseignants ont pu en apprendre davantage sur l’utilisation de ces suppléments, notamment dans des situations complexes comme des classes multilingues où les enfants viennent de plusieurs groupes ethniques différents.

Au final, cette présentation de douze plans de cours a été bien reçue par les personnes présentes, et jugée comme cruciale pour l’acquisition de compétences pratiques dans l’enseignement bilingue. « Tous ces suppléments sont essentiels à l’enseignement des enfants issus de minorités ethniques. Il faut cependant que les enseignants sachent comment s’en servir, de façon à ne pas les imposer aux enfants de façon arbitraire mais plutôt à développer une approche flexible, plus naturelle », explique Mme Dinh Ngoc Mai, représentante de la Division des écoles maternelles au sein du Départment de l’éducation et de la formation du District de Tam Duong.

Pour en savoir plus sur notre projet à Lai Chau, visitez sa page sur le site d’AEA Vietnam.