Une carte postale pour s’assurer de l’éducation des enfants migrants

« Babibhoi a été admise en dernière année d’école primaire à Kandhejihula, » mentionne une carte postale avec la signature du directeur d’école, envoyée par un parent migrant indien de l’État d’Odisha à Aide et Action. Cette carte postale est la preuve que Babibhoi, jeune migrante de 11 ans instruite dans une école de Bommalaramaram en Andhra Pradesh, a été réintégrée dans l’école de son village natal après avoir réussi son année scolaire dans son établissement de destination en Andhra Pradesh.

Babibhoi est l’un des 356 enfants migrants secourus par la police locale dans le cadre de l’opération « Sourire », destinée à lutter contre le travail forcé des enfants en Inde. Chaque année, les parents de Babibhoi migrent vers d’autres États indiens à la recherche de travail sur les chantiers de construction. Sur ces chantiers, les enfants ont rarement accès à l’école, et ne parlent pas toujours la langue locale. Ces enfants errent et deviennent ainsi des proies idéales pour le travail forcé.

Des volontaires sur place pour instruire les enfants dans leur langue

Afin de lutter contre ce phénomène et s’assurer que les enfants de travailleurs migrants continuent à fréquenter leurs écoles de destination, Aide et Action coordonne des volontaires parlant l’Odia, langue de ces populations issues notamment de l’Andhra Pradesh et de l’Odisha, pour qu’ils assurent aux enfants une éducation dans les écoles publiques du Telangana et du Tamil Nadu.

En plus de l’instruction, Aide et Action s’assure également que les enfants aient accès aux livres, et soient nourris le midi. Arati, jeune migrante originaire d’Odisha, de retour de son voyage avec ses parents vers un chantier de construction à Tiruvallur, dans la banlieue de Chennai au Tamil Nadu, nous raconte : « J’ai rejoint l’école de destination pour mon année de sixième, où l’on m’a donné un uniforme, des livres, un sac, des chaussures et des instruments de géométrie. J’ai mangé à l’école tous mes midis. J’y ai été très heureuse, je n’ai quasiment jamais manqué l’école. J’aimais les enseignants, l’atmosphère de l’école et mes amis dans le Tamil Nadu. »

 

Les écoles de destination restent ouvertes l’été pour les enfants migrants

Afin de couvrir l’intégralité du programme scolaire national, les écoles de destination restent ouvertes pendant l’été pour les enfants migrants. Un protocole spécial a été mis en place pour permettre aux enfants de passer leurs examens de fin d’année. Sur la base de leurs résultats, les enfants reçoivent des certificats de transfert vers leurs écoles sources, signées par le directeur de l’école, avec une carte postale contenant l’adresse du bureau d’Aide et Action en Inde. Les parents ont pour instruction de poster ces cartes une fois l’admission de leurs enfants confirmée. Les volontaires, issus des mêmes districts que les enfants, assurent le suivi du processus d’admission et veillent à ce qu’aucun enfant n’abandonne sa scolarité en cours.

Pour l’année scolaire qui vient de s’achever, Aide et Action a permis à 359 enfants migrants inscrits dans l’État du Telangana, et 550 enfants dans le Tamil Nadu, de réintégrer leurs écoles sources dans leurs villages d’origine.

Pour en savoir plus sur notre projet pour les enfants de travailleurs migrants en Inde, cliquez ce lien ou bien consultez les actualités de notre site internet.