G7 – Un engagement clair et $ 2.9 Milliards en faveur de l’éducation des filles et des femmes dans les pays en développement

Publié dans Actualités,Éducation

 

Lors du sommet à Charlevoix au Canada, ces 9 et 10 juin 2018, les dirigeants des pays du G7 se sont accordés sur la nécessité de placer l’éducation des filles et des femmes dans les pays en développement et notamment en situation de crise ou de conflit « au cœur du programme du G7 ».

Cette décision a été entérinée dans la Déclaration de Charlevoix sur l’éducation de qualité pour les filles, les adolescentes et les femmes dans les pays en développement. Un engagement de soutien à hauteur de $ 2.9 Milliards a également été pris.

Cet engagement historique montre l’importance de cette thématique. Aujourd’hui encore, 130 millions de filles n’ont pas accès à l’éducation et ce, même si des progrès ont été réalisés au cours de ces 15 dernières années.  Des inégalités entre filles et garçons subsistent, notamment en Afrique et en Asie. En Afrique Sub-saharienne, par exemple, selon l’UNESCO, pour 100 garçons exclus de l’éducation, 123 filles n’ont pas accès à l’éducation.

Ce problème est crucial lorsque l’on considère que, dans ces régions, les familles ont souvent une structure traditionnelle, la mère étant chargée d’élever les enfants. Or, un enfant, dont la mère ne sait pas lire, a 50% de risque de ne pas survivre au-delà de l’âge de 5 ans. C’est dire l’impact direct que l’éducation des filles et des femmes peut avoir sur toute la communauté et son développement futur.

La Déclaration du G7 souligne que « Nous savons qu’une éducation de qualité inclusive et équitable est essentielle à l’autonomisation et à l’égalité économique des filles et des femmes, en particulier dans les milieux en développement et les pays en proie à des conflits. De la petite enfance jusqu’à la fin du secondaire et au niveau post-secondaire, l’éducation, l’égalité des chances et des compétences modernes sont essentielles à une vie meilleure pour les individus et la société dans son ensemble. »

C’est dans ce sens qu’Aide et Action agit concrètement pour contrer ces inégalités. Il y a quelques années, nous avons reçu une distinction de  l’UNGEI (United Nations Girls Education Initiative) pour notre projet « Amar Nani »,  élu « Meilleur Projet en Inde sur la thématique de l’éducation des femmes et des femmes ».

Aujourd’hui, comme par le passé, nous menons des projets axés spécifiquement sur l’éducation des filles et des femmes, comme le projet « Enlight » en Inde ou le projet « Ecole Amie des Filles » en Afrique. De plus, l’inclusion des filles est une priorité dans tous nos projets d’éducation !

Comme le souligne le premier ministre canadien, Justin Trudeau :

« Nous devons faire en sorte que toutes les femmes et les filles aient accès à l’éducation de qualité et aux formations. Du primaire au secondaire et au-delà, les femmes et les filles en situation de crise et de conflits doivent avoir les mêmes opportunités de réussite, c’est la chose la plus intelligente à faire. Si les femmes ont cette opportunité, elles amèneront des changements positifs et contribueront à construire de meilleures vies pour elles-mêmes, leurs familles, leurs communautés et in fine le monde lui-même. »

Pour découvrir davantage sur nos actions en faveur de l’éducation des filles et des femmes, vous pouvez cliquer sur les liens ci-dessous :

L’histoire d’Aradhana, ou l’importance de l’éducation pour construire son avenir

Qu’est devenue Zahira, héroine du film « Sur le chemin de l’école » ?

Iba ou le parcours d’une jeune indienne devenue chef d’entreprise grâce à iLead

Exploring the virtuous cycle of female literacy in Burkina Faso

L’émancipation par la formation : Guddi, ancienne élève du programme iLead d’Aide et Action, nous raconte comment sa vie a changé