En Inde, des mères migrantes organisent une série d’évènements culturels et sportifs pour leurs enfants

Vous ne le savez peut-être pas, mais à chaque saison en Inde, 7.5 millions d’enfants migrants accompagnent leurs familles vers les chantiers de construction des grandes villes, à la recherche d’un travail et d’un salaire. Ces familles vivent dans des conditions pour le moins difficiles : sans accès aux soins ni au logement, ils se retrouvent le plus souvent groupés dans d’insalubres taudis autour des chantiers.  Dans ce contexte où seulement un enfant migrant sur dix a accès à l’éducation et aux services de santé et de nutrition, Aide et Action intervient pour changer la donne en agissant sur les obstacles qui empêchent les migrants de faire valoir leurs droits. Notre projet « Un havre pour les migrants », soutenu par la Fondation Bernard van Leer, a notamment développé 65 Centres d’instruction et de garde d’enfants (Child Care and Learning Centres – CCLCs) pour permettre à au moins 10’000 enfants migrants d’accéder à leurs droits dans un environnement sain, sûr et  éducatif.

Une initiative de la communauté des migrants 

.
Dans le cadre de ce projet, un grand évènement culturel et sportif a eu lieu dans les Centres de la banlieue de Bhubaneshwar, capitale de l’État d’Odisha et l’une de nos villes d’intervention. Ces mères, qui à travers le projet ont également accès à différents services de soins (notamment chez les femmes enceintes et les jeunes mères), sont des travailleuses passant régulièrement 10 à 12 heures par jour sur les chantiers, au même titre que leurs maris. Avec une partie de leurs modestes revenus, elles ont décidé de contribuer à l’organisation du Kalika – un festival dédié aux enfants  célèbre à Bhubaneswar chez les migrants des briqueteries. C’est la première fois que la communauté elle-même prend l’initiative pour organiser  un tel évènement, avec le soutien d’Aide et Action à Patna et du Migration Information Resource Center de Bhingarpur. Un magnifique exemple de la capacité de nos projets à promouvoir la responsabilisation des acteurs locaux, clé de la pérennité !

Le dessin, le chant et la danse à l’honneur

.
Mais quelles activités ont donc été organisées pour ces enfants âgés pour la plupart de 2 à 14 ans, auxquels se sont souvent agrégées des jeunes adolescentes non migrantes résidant autour des sites de construction ? Plus que toute autre chose, c’est la créativité qui a été mise en avant cette année : au programme, concours de dessin avec sélection et récompenses pour les meilleurs dessins ; spectacles de danses sous fond de musique traditionnelle ; chansons, prières et hymnes ! Il fallait voir la joie et la bonne humeur exprimées sur les visages des enfants et parents, qui lors d’une grande célébration de leur culture et de leur résilience ont pu oublier leur difficile quotidien. Chez tous ces enfants ciblés par notre projet, la défense des droits et le suivi de santé s’accompagnent de la stimulation de la créativité, facteur essentiel pour leur développement psychosocial et cognitif. Et puis créer, c’est aussi exprimer son unique potentiel à sa façon !

Pour en savoir davantage sur notre projet pour les migrants en Inde, nous vous invitons à consulter notre fiche projet à cette adresse. Vous pouvez également consulter la vidéo ci-dessous :
.