Le Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/2018 est disponible !

C’est une excellente nouvelle pour l’Éducation : l’UNESCO vient de publier son Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/2018, intitulé « Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements. » Le message du titre est clair : la question de la tenue des engagements doit être placée au centre des discussions afin d’atteindre l’Objectif de développement durable 4, centré sur l’éducation de qualité pour tous, d’ici 2030.

En Afrique subsaharienne, seulement un enfant sur dix démontre des compétences de lecture de base. 100 millions de jeunes dans le monde sont analphabètes. Un enseignant sur sept n’a jamais suivi la moindre formation. Des millions d’élèves doivent suivre des cours dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle, et qu’ils comprennent mal. Pendant ce temps, la part globale de l’éducation dans l’aide au développement a baissé pour la sixième année consécutive, tandis qu’un gouvernement sur quatre ne respecte pas ses engagements en matière de financement de l’éducation. Comment envisager l’atteinte de l’ODD 4 dans une telle situation ?

Le Rapport s’intéresse de près aux facteurs essentiels qui permettront de réaliser l’ODD 4. Il montre notamment que le processus par lequel les individus et les institutions sont menés à reconnaître formellement et respecter leurs engagements – « accountability » en anglais –  est nécessaire à la mise en place d’un système éducatif équitable et de bonne qualité. La tenue des engagements concerne en premier lieu les gouvernements, car plus que n’importe quels autres acteurs, ceux-ci ont pour responsabilité de réaliser le droit à l’éducation pour tous dans les pays. Ce droit devrait être inscrit dans les constitutions et strictement respecté. À l’heure actuelle, seulement 55% de pays permettent à leurs citoyens de poursuivre leurs gouvernements en justice pour violation du droit à l’éducation.

Mais tout le monde a un rôle à jouer dans l’amélioration des systèmes éducatifs des pays. À de nombreuses reprises dans l’histoire, des mouvements étudiants ont permis de faire évoluer les politiques éducatives vers plus d’équité et de gratuité, preuve du pouvoir que nous exerçons tous, à notre niveau, pour faire avancer la cause de l’ODD 4.

Le Rapport souligne cependant que la responsabilité des acteurs et la tenue stricte de leurs engagements, si elle est un moyen d’atteindre les objectifs fixés, ne peut pas pour autant être considérée comme une fin en soi. Les individus et les institutions devraient être tenus uniquement responsables de ce qu’ils peuvent contrôler. L’on dispose de peu de preuves qu’une responsabilité basée sur la performance et les récompenses ou les sanctions, en fonction de résultats à des tests, contribue réellement à l’amélioration des systèmes éducatifs. Les approches et mesures inspirées par le monde de l’entreprise, quant à elles, ont tendance à avoir un impact négatif sur l’équité, et à marginaliser encore davantage les familles vulnérables.

Pour découvrir le Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/2018, c’est ici . Très bonne lecture à vous tous !