Regards sur 2016, ou l’année de tous les défis

Publié dans Actualités

2016 est désormais derrière nous, et 2017 nous ouvre déjà grand les portes !

Alors profitons de cette transition pour balayer du regard les événements marquants de cette année 2016 avant de prendre notre envol vers une nouvelle année pleine d’espoir !

Fortement engagés, nous l’aurons été sur tous les fronts, de Genève à Hanoi en passant par Chennai et Bamako, tout en restant fixés à tous les instants sur notre mission et la raison d’être de l’association : l’Éducation pour Tous. Ces actions ont été rendues possibles par le soutien d’un très grand nombre de fidèles parrains et donateurs, par VOTRE SOUTIEN et nous vous en remercions du fond du cœur !

En Inde, un « havre pour les migrants »

Partout dans les 25 pays où nous agissons, les activités se sont poursuivies et ont donné lieu à des avancées parfois spectaculaires. Dans une petite province de l’État d’Odisha, les travailleurs migrants des chantiers de construction et des briqueteries ont désormais accès à un logement – le fruit d’une action de plaidoyer menée de longue haleine auprès de l’Agence de développement rural du district de Balangir. Leurs enfants, quant à eux, reçoivent désormais soins et instruction dans des centres spécialisés établis sur les chantiers. Au total, ce sont 65 centres qui accueillent 5’000 enfants dans les quatre États d’Andhra Pradesh, Odisha, Tamil Nadu et Madhya Pradesh.

Au Cambodge, l’école, pas la rue

À quelques milliers de kilomètres, au Cambodge, des centaines d’enfants des rues, issus de familles marginalisées et exposés à de graves dangers au quotidien, sont en cours de réintégration, à travers l’éducation, dans la société et leurs familles. Grâce à nos actions, ils sont désormais plus de 2’500 à avoir accès aux soins, et à des cours adaptés pour être protégés et réintégrés dans le système éducatif public de leur pays.

Au Mali, l’école sur le lieu de vie…

L’innovation a été à l’œuvre à Sénou, dans la banlieue de Bamako, où notre projet phare, « POUPÉE », a assuré la prise en charge de 200 jeunes enfants de 3 à 6 ans par des « tuteurs », membres de leurs familles, formés à la pédagogie de la petite enfance : de l’importance du développement physique et cognitif des enfants à l’utilisation du matériel didactique. Des espaces ont ainsi été aménagés directement sur leur lieu de vie, au sein même de 37 cours d’habitation pour assurer les séances d’animation, à raison de 3 heures par jour ; la seule solution possible pour ces enfants dont les familles ne peuvent pas assumer la scolarisation privée, en l’absence quasi totale de structures publiques.

Au Vietnam, des enfants qui osent davantage s’exprimer

Dans la province montagneuse de Lai Chai, où la barrière de la langue peut parfois s’ériger en salle de cours entre enseignants et enfants issus de minorités ethniques, 30 enseignants ont appris la langue H’mong, ce qui leur permet de dispenser un enseignement de bien meilleure qualité aux élèves. Au final, ce sont les enfants qui bénéficient le plus de cette activité. Une meilleure communication leur donne la confiance nécessaire pour s’exprimer davantage en salle de classe. Aussi, pendant l’été, ils suivent des cours de vietnamien.  “Le H’mong n’est pas très difficile à apprendre si l’on est prêt à s’investir et y consacrer du temps. J’y ai pris beaucoup de plaisir, » raconte Vu Thanh Quang, un jeune enseignant de primaire en formation.

Et si ces derniers assimilent mieux les leçons, c’est aussi parce qu’ils bénéficient désormais de repas plus équilibrés grâce aux formations dispensées aux enseignants et parents en matière d’apports nutritionnels et d’hygiène.

Le projet d’éducation et nutrition dans la province de Lai Chau aura touché près de 5’000 enfants d’ici à 2018.

Au Népal, Re-construire pour Re-naître

Au Népal, le tremblement de terre d’avril 2015 a laissé de nombreux villages dévastés, et la période de reconstruction demeure loin d’être achevée. Dans le district de Lamjung, à l’épicentre du séisme, nous continuons d’assurer une éducation aux enfants des 200 familles les plus vulnérables dans des espaces temporaires d’apprentissage, et contribuons à la reconstruction des écoles endommagées. Une équipe locale de volontaires, formée au soutien psycho-social, accompagne les parents et les enfants sur place, et met à disposition ses compétences pour aider à la reconstruction. En 2016, l’aménagement d’espaces temporaires dans 15 écoles a permis à 1’000 enfants d’être maintenus en salle de classe.

Ces avancées, nous les devons à VOTRE SOUTIEN et VOTRE ENGAGEMENT !

Ces belles avancées se reflètent également en Suisse, où notre troisième participation à la course solidaire Race for Gift a vu l’une de nos coureuses récolter plus de 1’000 CHF à elle seule, l’une des collectes individuelles les plus importantes de l’évènement. À ses côtés, près de 20 coureurs et coureuses ont endossé nos couleurs et permis de récolter plusieurs milliers de francs pour nos projets au Mali, au Vietnam et au Cambodge. Cette générosité et ce dynamisme sont l’âme d’Aide et Action : ils permettent à la fois à nos divers programmes de se développer et de changer la vie de millions d’enfants, et à la population suisse d’être sensibilisée aux enjeux les plus cruciaux de l’Éducation au 21ème siècle.

« Et si quelques swing changeaient le monde ? »

Un tel ancrage passe également par la solidification de nos liens avec le monde de l’entreprise. En partenariat avec le magazine Le Monde Économique et grâce à de généreux sponsors, l’association a réuni une quarantaine de chefs d’entreprise autour du Aide et Action – Charity Golf Challenge. L’occasion de mettre en avant les valeurs de persévérance, de ténacité et de constance face à l’épreuve, belle analogie entre le « golf » et « l’éducation ». L’évènement s’est clôturé sur un appel aux entreprises à œuvrer ensemble au profit de la cause de l’Éducation pour Tous.

Le prix Mireille Caloghiris 2016

Aide et Action est présente depuis plusieurs années sur la plateforme solidaire suisse Fengarion. Sélectionné au « Prix Mireille Caloghiris 2016 », récompensant le meilleur projet de la plateforme, notre projet d’éducation des enfants migrants en Inde a fait partie des quatre finalistes. Comme l’année passée, un formidable engouement autour de nos équipes et de nos donateurs a permis de réunir plus d’un millier de votes, pour venir se hisser à la deuxième place ! Avec un prix à la clé, qui contribuera à financer les activités du projet et toucher toujours plus d’enfants et d’adultes. Ici, nous tenons également à rendre hommage à Mireille Caloghiris, qui nous a quittés le 25 août 2016.

Des donateurs toujours plus nombreux et fidèles

Cette année encore, les rangs de nos parrains et donateurs se sont élargis pour atteindre 6766 personnes, partageant avec nous la vision d’un monde plus juste où éducation et inclusion vont de pair. Comme nous, vous êtes profondément convaincus que l’éducation est le levier du développement humain, et qu’elle permet à tous les potentiels de se réaliser et de choisir librement leur voie.

Sans votre engagement solidaire, chers parrains et donateurs, anciens comme nouveaux, hommes comme femmes, notre action ne serait pas possible. Celle-ci serait tout aussi impensable sans le soutien de nombreuses fondations et institutions, acteurs toujours incontournables de la coopération internationale.

Sans cesse, nous le répéterons, les clefs de l’éducation sont entre toutes les mains. Le moindre geste de chacun peut permettre à des familles entières à l’autre bout du monde de voir leur destin changer.

Soyons-en certains : 2017 continuera de récolter les fruits de vos marques de fidélité, en Suisse et aux quatre coins du monde, pour adopter la devise qui nous lie depuis toujours : L’Éducation est le plus beau des passeports pour la vie.

Merci à vous, à l’engagement de chacun d’entre vous pour qu’un monde d’opportunités s’ouvre à tous les enfants défavorisés du monde et que vos dons puissent influencer leur destin.

L’équipe d’Aide et Action Suisse

Véronique Favreau,
Directrice Générale