Au Sri Lanka, Tharushi se bat pour son avenir

Crédit photo : Omar Havana

Au Sri Lanka, la situation éducative et économique des jeunes est très compliquée. Parmi eux, les femmes, sont les premières touchées. En effet, en 2017, seule une femme sur trois faisait partie de la population active. Pour aider les jeunes adultes les plus défavorisés, Aide et Action a mis en place le programme de formation professionnelle « iLead ». Tharushi fait partie des bénéficiaires et elle compte bien en tirer profit !

Tharushi fait partie des milliers de sri lankais qui ont été profondément touchés par le tsunami de 2004. Alors que sa famille vivait déjà dans la précarité, la catastrophe a détruit tout ce qu’ils avaient. « Ce jour-là, je suis allée acheter des légumes au marché, alors que mon grand-père et mon frère de 4 ans étaient restés à la maison. J’ai couru dès que j’ai entendu parler du tsunami, mais je n’ai rien pu faire. Malheureusement, ce jour-là, mon grand-père et mon jeune frère ont été tués et notre maison a été détruite », raconte la jeune femme de 19 ans qui vit à Ambalangoda, dans le sud du pays.

Un contexte compliqué

Toute cette région a été fortement affectée sur le plan humain et économique. Cadette d’une famille de six personnes, dont le père travaille dans une entreprise automobile et la mère est femme au foyer, Tharushi n’a fait que quelques années d’études et n’avait, jusque là, aucune opportunité d’améliorer son avenir. D’autant qu’au Sri Lanka, c’est sur les filles et les femmes que retombent, de manière disproportionnée, toutes les autres tâches et responsabilités ménagères.

De plus, le fait qu’une femme travaille à l’extérieur et doive emprunter des transports en commun est assez mal vu dans ce pays où les normes sociales accentuent les disparités entre les sexes sur le marché du travail. Pourtant, quand elle a entendu parler du programme de formation professionnelle « iLead », développé près de chez elle, la jeune femme n’a pas hésité !

Une profonde détermination

Destiné aux jeunes âgés entre 18 et 32 ans, sans qualification, le projet leur propose des formations de trois mois, ainsi qu’une aide à l’insertion professionnelle par des conseils, des ateliers de préparations aux entretiens et un réseau de partenaires. Il les encourage même à créer leur propre entreprise. La méthode développée a fait ses preuves, puisqu’il existe aujourd’hui plus d’une centaine de centres iLead en Asie du Sud, dans des secteurs extrêmement variés comme l’automobile, les services ou le commerce.

Tharushi, elle, a rejoint le programme suite aux récits d’expérience d’anciens élèves. Elle a choisi la filière graphisme et rêve de pouvoir un jour devenir photographe de mariage.

Pour la Journée internationale des femmes, mobilisez-vous avec Aide et Action !
Faites découvrir cet article à vos amis en le partageant avec eux ou soutenez par un don nos projets à travers le monde :

Je fais un don