Au Bénin, l’éducation à l’hygiène menstruelle est essentielle pour maintenir les filles à l’école

Publié dans Actualités

Crédit photo: Vincent Reynaud-Lacroze

Sans une éducation adéquate sur les menstruations, l’arrivée des premières règles pour une fille peut causer de la peur, de la détresse, de la honte et de l’inconfort. Cela peut aussi contribuer à une baisse de la fréquentation scolaire. Un problème auquel Aide et Action répond grâce à une formation sur l’hygiène menstruelle.

Au Bénin, en Afrique de l’Ouest, Deborah, élève de troisième année, a été moquée par ses camarades de classe pour avoir des taches de sang sur ses vêtements et a préféré manquer l’école pendant ses règles pour éviter l’embarras et la honte que cela provoquait. «Quand ma robe kaki a été tachée, mes camarades de classe m’ont pointé du doigt et j’ai eu honte, explique Deborah. Depuis, j’ai préféré rester à la maison jusqu’à la fin de mes règles».

Malheureusement, Deborah n’est pas la seule. Selon la Banque mondiale, une fille sur dix en Afrique subsaharienne rate l’école pendant son cycle menstruel, ce qui équivaut à près de 20% de l’année scolaire. Pour s’attaquer au problème, Aide et Action développe une formation sur la gestion de l’hygiène menstruelle afin de mieux préparer les étudiantes, leurs professeurs et leurs parents à gérer les règles et à maintenir les filles à l’école.

Briser le tabou au sein des sociétés

L’éducation sexuelle, dans de nombreux pays africains, peut être un sujet tabou en particulier dans les zones rurales où il est encore inacceptable que les parents discutent de sujets liés à la sexualité avec leurs enfants. C’est pourquoi Aide et Action a introduit le volet gestion des menstrues des filles à travers deux de ses projets : le Projet d’Amélioration de l’Hygiène et de l’Assainissement dans les Écoles, soutenu par la Fondation Claudine Talon, et le Projet d’Amélioration de la Qualité de l’Éducation en partenariat avec l’UNICEF.

«Faire face aux règles est un sujet tabou dans les familles», explique Hortense Saka, directrice du centre Adjarra, une école primaire publique au Bénin. Selon elle, de nombreuses adolescentes ne reçoivent aucune information de leurs parents sur les changements qu’apporte la puberté et leurs règles arrivent alors par surprise, les laissant mal préparées sur la façon de gérer. «Nous avons rencontré de nombreuses difficultés au début à cause de l’éducation sociale que les filles ont reçue. Certains disent que leurs parents ne les laissent même pas dire à quelqu’un qu’elles ont eu leurs règles. »

Nos projets visent à briser les tabous entourant ce sujet crucial, en présentant la menstruation comme une étape naturelle et saine dans le développement d’une fille et non comme une chose à craindre ou à cacher.

Adapter les infrastructures scolaires

Une enquête sur la gestion de l’hygiène menstruelle dans les écoles des communes d’Ajarra, Avrankou et Porto-Novo, au Bénin, a révélé qu’environ 15,2% des filles manquaient les cours à cause des moqueries de leurs camarades (29%) et des douleurs dans le bas ventre (69%). Le problème est également aggravé par l’absence d’infrastructures adaptées, comme des toilettes séparées pour les filles.

Sans toilettes séparées (avec des portes qui se ferment en toute sécurité) pour assurer l’intimité, sans moyen d’éliminer les produits sanitaires usagés et sans eau pour se laver les mains, les filles font face à certaines difficultés pour gérer convenablement leur hygiène menstruelle, avec dignité et intimité dans les écoles. Notre projet soutient la construction de toilettes séparées pour les filles et veille à ce qu’elles soient également accessibles aux filles handicapées, afin d’assurer l’éducation pour tous.

Éducation à l’hygiène menstruelle

Le cœur de notre travail sur l’éducation à l’hygiène menstruelle est de fournir aux filles un soutien et une éducation appropriés de la part de professionnels pour s’assurer qu’elles comprennent leur cycle menstruel et ont accès à des produits d’hygiène. À ce jour, nous avons distribué 640 kits de serviettes hygiéniques à 325 filles dans 50 écoles au Bénin. En conséquence, les étudiantes comme Deborah sont mieux informées et conseillées sur les règles et les bonnes pratiques.

Deborah avait l’habitude de prendre des bouts de tissu pour absorber ses règles, mais depuis qu’elle a bénéficié du soutien d’Aide et Action, elle a reçu des serviettes réutilisables et lavables. «La formation sur les serviettes hygiéniques lavables a été très bénéfique pour moi, explique Deborah. Aujourd’hui, grâce à ces serviettes, j’assiste toujours aux cours, même pendant mes règles, et je suis également à l’aise pendant les activités sportives. »

En partenariat avec des organisations locales, nous avons également formé le personnel du projet et des personnes référentes sur la manière d’orienter les filles dans le besoin vers les centres de santé locaux pour des contrôles et des examens. Ces personnes référentes fournissent également des conseils sur la gestion générale de l’hygiène menstruelle et portent l’information aux parents pour qu’ils prennent les dispositions adéquates. Pour assurer la pérennité du projet et favoriser le changement de comportement, nous avons également sensibilisé les mères sur l’importance de la gestion de l’hygiène menstruelle et sur la manière de soutenir leurs filles.

Grâce à notre approche variée, nous aidons des filles comme Deborah à rester à l’école. À l’occasion de la Journée de l’hygiène menstruelle le 28 mai 2021, nous souhaitons souligner le rôle important que joue l’éducation dans la réduction des inégalités.