Au Mali, Aide et Action développe des alternatives éducatives pour des milliers d’enfants éloignés de l’éducation

Publié dans Actualités

Crédit photo: Vincent-Reynaud Lacroze

La crise politico-sécuritaire que connait le Mali depuis 2012 a sérieusement affecté le système éducatif du pays. Conséquence : des milliers d’enfants n’ont pas accès à une éducation de qualité. Pour répondre à cette problématique, Aide et Action et ses partenaires, développe des alternatives éducatives.

Avec le projet « Accès à l’Education pour Tous les Enfants au Mali », Aide et Action et ses partenaires tentent de répondre aux enjeux actuels que rencontre le pays en facilitant la scolarisation de près de 30 000 enfants hors école à travers diverses alternatives éducatives dont les relais communautaires et les mesures incitatives. En effet, l’instabilité de la situation sécuritaire, conjuguée à la pandémie de COVID-19, laisse le système éducatif national dans un état critique. Depuis 2012, des centaines d’écoles ont dû fermer et des milliers d’enfants n’ont pas, ou plus, accès à une éducation de qualité.

Des mesures incitatives pour le retour à l’école

Les mesures incitatives s’adressent à une catégorie d’enfants en situation de vulnérabilité en milieu rural ou urbain. Celles-ci consistent à doter les élèves de kits scolaires complets (sac d’écolier, ardoise, cahiers, craie, crayon de papier, boite à chiffon, gomme) afin d’alléger le coût du matériel pour certaines familles.  Cet appui est très apprécié par les enfants et leurs parents, il permet de lever un obstacle à la scolarisation des plus défavorisés. Ainsi, l’année dernière, , grâce au travail de 104 relais, cette initiative a permis de scolariser 1 631 enfants, âgés de 6 -7 ans, dans 52 écoles pour les Académies d’enseignement (AE) de Mopti et de San.

Seulement, le succès de cette démarche a produit un autre effet, à savoir : l’augmentation des besoins notamment en tables bancs et en salles de classe. En réponse à ces nouvelles exigences, le projet a initié la dotation en mobiliers scolaires et la construction de nouvelles salles de classe pour certaines écoles d’accueil, une activité, pourtant non planifiée initialement.

Des relais communautaires pour sensibiliser à l’importance de l’éducation

Des personnes ressources – appelées « Relais communautaires » – sont mobilisées et formées pour être en mesure d’expliquer l’importance de l’école et relayer les mesures incitatives qui motivent les parents à inscrire leurs enfants. Au cours de la deuxième ou troisième semaine après l’ouverture de l’école, chaque année, les relais communautaires identifient les enfants qui travaillent, jouent dans la rue ou à la maison pendant que leurs pairs sont à l’école. Ils mènent alors une campagne de sensibilisation auprès des membres de la famille, via cinq visites au domicile des enfants. Ils proposent des solutions permettant de faciliter l’inscription (telles que l’établissement de l’acte de naissance s’il n’existe pas ou la prise en charge des frais d’inscription pour la première année). Une fois scolarisés, ces enfants sont suivis par les directeurs d’école, les comités de gestion scolaire (CGS) et/ou les relais communautaires qui surveillent leur maintien en classe.