Au Vietnam, les enseignants s’engagent pour offrir un meilleur avenir aux enfants marginalisés

Publié dans Actualités

Crédit photo : Aide et Action Vietnam

Il est établi que le rôle d’un enseignant est d’aider les autres à apprendre, mais ce que nous aimons chez nos enseignants, c’est leur engagement personnel à apprendre toujours plus. À l’occasion de la Journée internationale des enseignants, nous aimerions vous faire part du travail accompli par nos enseignants au Vietnam pour mieux comprendre les besoins de leurs élèves et leur offrir une éducation en mesure de transformer leur vie.

Dans la province de Lai Chau, une région densément peuplée du nord du Vietnam, limitrophe de la Chine, Mme Huong, enseignante en éducation préscolaire, reste dans sa classe pendant son temps libre, réalisant des travaux manuels pendant que les enfants vont jouer. «Ce sur quoi je travaille, ce sont des outils pédagogiques qui permettent à mes élèves de mieux comprendre leurs leçons», explique-t-elle.

Mme Huong enseigne depuis près de 15 ans et affirme avoir eu du mal à maintenir ses élèves engagés et sur la bonne voie. «La plupart de mes élèves, appartenant au groupe ethnique minoritaire Mong, n’étaient pas vraiment capables de suivre les cours. J’ai eu le sentiment que les méthodes d’enseignement que j’avais apprises et que l’on me demandait d’utiliser ne correspondaient pas à la situation réelle de ces élèves.»

Des pédagogies adaptées aux besoins de chacun

De nombreux enfants de minorités ethniques (qui parlent leur propre langue) ont du mal à communiquer correctement en vietnamien avec les enseignants, ce qui les empêche de suivre les instructions et de comprendre les cours. Les compétences générales, y compris la présentation, la communication et les connaissances sociales, chez les enfants des minorités ethniques sont également limitées, ce qui les empêche de participer pleinement aux activités scolaires.

Plus tôt cette année, lorsque Aide et Action a proposé aux enseignants une formation pour les aider à résoudre certains de ces problèmes, Mme Houng a sauté sur l’occasion. La formation a été conçue pour permettre aux enseignants de développer de nouvelles activités et de nouveaux jeux éducatifs pour soutenir l’apprentissage des enfants, créer des environnements d’apprentissage adaptés et créer de nouveaux outils d’enseignement.

En tenant une fleur, un arbre et un animal qu’elle a fabriqués avec du papier de couleur, Mme Huong explique que de tels outils sont nouveaux dans sa salle de classe. Malgré les efforts et le temps qu’il lui faut pour les créer, elle sait que ça en vaut la peine. Depuis la formation, elle dit se sentir plus créative et flexible dans ses méthodes d’enseignement. «Je vois la différence, mes élèves écoutent. Ils sont intéressés », dit Mme Huong en souriant.

Une chance de bâtir un avenir meilleur

Une autre difficulté à laquelle sont confrontés les jeunes issus des minorités ethniques est de trouver un emploi une fois leurs études secondaires terminées. Dans la classe de Mme Chi, 97% des élèves appartiennent à des groupes ethniques minoritaires et, généralement, à la fin de leurs études, la plupart d’entre eux restent à la maison et occupent des emplois dans l’agriculture qui leur fournissent un revenu faible et instable. « L’autre option populaire, s’ils ne choisissent pas l’agriculture, est d’aller en Chine à la recherche d’un travail mais malheureusement, cela comporte un risque élevé de faire l’objet d’un trafic ou d’être maltraité », raconte Mme Chi.

Fatiguée du contenu obsolète du manuel scolaire qu’elle utilise, Mme Chi s’est récemment intéressée à la manière dont elle pourrait offrir aux étudiants une chance de bâtir un avenir meilleur. Selon elle, le problème, était le manque d’informations sur l’orientation professionnelle et la vocation de ses étudiants. «Je veux les aider à bien se préparer à leurs choix professionnels et à étudier des domaines qui correspondent à leurs propres besoins sociaux», explique-t-elle.

Faire des choix libres et éclairés

Déterminée à fournir des informations pertinentes à ses élèves, Mme Chi a rejoint un projet d’Aide et Action destiné à former des enseignants sur la manière de conseiller les élèves sur leur orientation professionnelle. Depuis qu’elle a rejoint le projet, Mme Chi a noté que ses élèves de 4e étaient davantage attentifs. « Les leçons sont utiles et les étudiants commencent à apprendre à choisir une carrière pour eux-mêmes. Ils sont clairement guidés vers une carrière adaptée à leurs capacités, leurs loisirs, leurs besoins et au marché du travail complexe », ajoute-t-elle.

Alors que des cours axés sur la carrière ou des classes adaptées aux enfants peuvent être la norme dans des écoles d’autres parties du monde, dans les écoles publiques d’Asie du Sud-Est, les méthodes de Mme Chi et de Mme Huong défient le statu quo et offrent de nouvelles façons aux enfants marginalisés bénéficier de l’éducation. Sans enseignants comme ceux-là, nous ne pourrions pas mettre en œuvre nos projets avec autant de succès et faire la différence. Au nom d’Aide et Action, nous souhaitons célébrer et remercier Mme Chi et Mme Huong ainsi que tous les autres enseignants incroyables avec lesquels nous travaillons au Vietnam, au Laos, au Cambodge et en Chine.