Cambodge : les communautés ethniques espèrent que les fermetures d’écoles n’auront pas d’impact sur la première « génération alphabétisée »

Publié dans Actualités

Crédit photo : Christine Redmond/Aide et Action

En août 2020, Aide et Action a distribué des radios dans des villages reculés le long du Mékong, dans la province de Kratié au Cambodge. Ainsi, les enfants peuvent s’adapter à une nouvelle forme d’apprentissage à distance, malgré la pandémie actuelle.

Après six mois de fermeture d’écoles, dans les provinces reculées du Cambodge, le risque que les enfants issus des minorités ethniques n’aient pas été en mesure de suivre les programmes d’enseignement à distance et qu’ils se retrouvent confrontés à de grandes difficultés en retournant en classe est considérable. Pour palier cette situation, Aide et Action a décidé de soutenir les élèves de l’école primaire de Pun Thachea en livrant des radios, des fournitures scolaires et du matériel d’hygiène.

La génération alphabétisée

À l’occasion de la distribution, Andout Thear, une villageoise qui travaille comme agricultrice et pêcheuse, a eu le plaisir d’amener ses enfants pour rencontrer notre équipe et récupérer le matériel pédagogique qui leur manquait cruellement. Theary appelle ses enfants « la génération alphabétisée » – la première du village – et a hâte de les voir retourner à l’école.

En effet, c’est seulement en 2012 qu’une école a été construite à Pun Thachea. « Quand j’étais enfant, nous étudiions sous un manguier parce que nous n’avions pas de bâtiment scolaire », se souvient Theary. « Mais j’ai seulement étudié jusqu’au CP – mon professeur est décédé et mon éducation s’est arrêtée », ajoute-t-elle, expliquant pourquoi elle et son mari sont analphabètes et incapables d’enseigner à leurs enfants à la maison.

Ses deux enfants les plus âgés ont pu aller jusqu’à la fin du primaire, mais après cela, elle n’a pas pu les encourager davantage car le collège était hors de portée – géographiquement et financièrement. Ses deux plus jeunes enfants sont maintenant à l’école primaire, mais en raison de la COVID-19, ils ne sont plus scolarisés depuis mars 2020.

Les inégalités persistent

Lorsque les autorités locales sont venues installer des affiches avec des informations sur les mesures de prévention liées au virus, de nombreux parents du village ont dû demander à leurs enfants d’expliquer ce que cela signifiait. « Je ne sais ni lire ni écrire, mais c’est normal pour moi », assure-t-elle, faisant remarquer que tous les parents du village sont dans la même situation.

Alors que l’apprentissage à distance et en ligne est devenu la norme pour les enfants du monde entier en 2020, les inégalités d’accès persistent. Pour les enfants de Theary, les obstacles sont l’éloignement géographique, la langue et la pauvreté. Elle-même ignore ce qu’est Internet. Dans un village sans couverture de données mobiles et où les niveaux d’analphabétisme sont élevés, des stratégies d’apprentissage alternatives et flexibles doivent être développées pour atteindre des familles comme celle de Theary afin que les enfants ne prennent pas de retard.

En avril 2020, le Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports du Cambodge a commencé à diffuser des émissions de radio dans trois des langues des minorités ethniques les plus parlées au Cambodge – Tumpoun, Kreung et Bunong – dans le but de créer des programmes éducatifs plus inclusifs. Si les émissions de radio constituent un effort bienvenu pour inclure les enfants des minorités ethniques, il existe une source de préoccupation notable: de nombreuses familles cibles n’ont pas de radio à la maison.

Accroître la participation et l’inclusion

Pour accroître la participation et l’inclusion dans ce contexte, Aide et Action a distribué des radios aux enfants des provinces de Mondul Kiri, Ratanak Kiri et Kratié. Environ 4000 radios ont été livrées aux élèves de primaire dans les trois provinces de juin à août 2020 et des études sont actuellement en cours pour développer davantage d’émissions dans les langues minoritaires.

Pour Srey Ka, la plus jeune fille de Theary, âgée de 8 ans, la radio est un outil bienvenu. Malgré la fermeture de son école, elle est restée déterminée à essayer de continuer à apprendre et à étudier chaque jour à la maison. « Je veux être médecin quand je serai grande et j’ai hâte de retourner à l’école », affirme la petite fille alors qu’elle grimpe dans un arbre pour obtenir un meilleur signal pour sa nouvelle radio.