Côte d’Ivoire : Aide et Action sensibilise à l’importance de la déclaration des naissances

Publié dans Actualités

Crédit photo: Aide et Action

Il y a quelques semaines en Côte d’Ivoire, dans la ville de Katiola, Aide et Action lançait une campagne de sensibilisation, dans le cadre du projet Solidarité Locale et Internationale pour le Développement par l’Education (SOLIDE). Les ateliers visent à sensibiliser les parents à l’importance de déclarer la naissance de leurs enfants. Une situation qui dépasse les frontières de la Côte d’Ivoire et qui constitue une préoccupation à l’échelle mondiale.

Le droit à une identité revêt d’une telle importance qu’il figure à l’article 7 la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) : « L’enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. » Trente après la ratification de ce texte historique, les chiffres sont toujours alarmants. En effet ; aujourd’hui encore, 230 millions d’enfants âgés de moins cinq ans ne sont pas déclarés à l’état civil et 1 enfant sur 7 enregistré dans le monde ne dispose pas d’un certificat de naissance attestant de son identité, selon l’UNESCO. Il y a cinq ans, lors de l’adoption des objectifs de développement durable (ODD), l’ONU a rappelé l’importance de ce droit en hissant l’enregistrement des naissances au rang de priorité en matière de développement international. En effet, l’ODD 16 comprend une cible qui vise spécialement à garantir une identité juridique à tous, notamment grâce à l’enregistrement des naissances, d’ici à 2030 (cible 16.9.

L’absence d’identité : une préoccupation majeure

Depuis plusieurs années, Aide et Action développe des projets d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale. Les recherches menées dans le cadre de notre projet multi-territoires (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin et Burkina Faso), SOLIDE/ESI (Enfants Sans Identités) ont permis d’identifier les différentes causes de la non déclaration des naissances : le manque de moyens financiers des parents pour les démarches administratives, les accouchements à domicile dans certains quartiers périphériques, la méconnaissance ou l’ignorance de l’importance de l’acte de naissance, l’éloignement des services de déclaration des naissances. Privés d’accès à l’éducation, mais aussi à la santé et aux droits sociaux, ces enfants sont dans une situation de vulnérabilité extrême. Le projet SOLIDE vise à faire connaître, communiquer et sensibiliser sur la situation des enfants sans identité et l’impact que cela peut avoir sur eux, ainsi que sur le développement d’un pays. Il encourage également les dynamiques durables de dialogue et d’échange entre acteurs éducatifs (élèves, enseignants, autorités).

Les parents vecteurs de changement ?

En Côte d’Ivoire, à Katiola, Aide et Action travaille en collaboration avec une ONG locale, dans le cadre du projet SOLIDE/ESI (Enfants sans identités). Il y a quelques semaines, des ateliers de sensibilisation des parents d’élèves qui sont sans extraits de naissance ont été organisés. Outre le caractère informatif de ces réunions, le projet offre également un appui financier et technique aux parents pour l’obtention et la régularisation des extraits de naissance. Lancé en 2019, 2 écoles ont déjà bénéficié du projet SOLIDE, soit 567 enfants. Monsieur Kanté, Conseiller Pédagogique d’Inspection de la commune de Katiola salue l’initiative et encourage tous les acteurs (autorités administratives, coutumières et les parents) à œuvrer à la pérennisation des actions de ce projet, car dit-il « lorsque des enfants sont sans identités, les conséquences sont dramatiques.