Éducation multilingue : préserver la diversité et garantir l’inclusion

Publié dans Actualités

Crédit photo : Christine Redmond

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, célébrée le 21 février, Aide et Action réaffirme son engagement en faveur d’une éducation multilingue et revient sur son importance pour la scolarité de milliers d’enfants.

En 1999, lors de la 30ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, les pays ont adopté une Résolution instaurant la notion « d’éducation multilingue » pour se référer à l’utilisation d’au moins trois langues dans l’éducation : la ou les langues maternelles, une langue régionale ou nationale et une langue internationale. Pourtant, aujourd’hui encore, il est n’est pas rare de voir des écoles faire l’impasse sur cette résolution et ne proposer aucun alternative aux élèves. Ainsi, les cas d’échecs scolaires concernant les enfants locuteurs de langues minoritaires se multiplient.

Pour une éducation réellement inclusive

Pour Aide et Action, il est primordial d’agir !  Depuis toujours, notre association promeut l’éducation multilingue en tant que moyen d’améliorer les apprentissages et de donner vie à la diversité culturelle. Partout où c’est nécessaire, nous accompagnons les communautés afin que leurs systèmes éducatifs deviennent réellement inclusifs. Pour cela, nous formons les enseignants aux méthodes d’éducation bilingue, nous développons des supports pédagogiques adaptés à la langue de chaque communauté et nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités locales pour que ce sujet soit compris et intégré par tous.

Toutes les deux semaines, une langue disparaît pour toujours

Aujourd’hui, même si des progrès ont été faits dans ce domaine, avec une prise de conscience croissante, en particulier pour le préscolaire, près de 40% de la population mondiale n’a pas accès à l’enseignement dans sa langue maternelle. Selon l’UNESCO : « plus de 43% des quelque 6 700 langues parlées dans le monde sont menacées de disparition. Seules plusieurs centaines de langues sont véritablement valorisées dans le système éducatif et dans le domaine public, et moins d’une centaine sont utilisées dans le monde numérique. Cela signifie que toutes les deux semaines, une langue disparaît pour toujours, emportant avec elle tout un patrimoine culturel et intellectuel ».

Mais au-delà de cet aspect traditionnel, c’est bien grâce à la maîtrise de sa première langue, ou langue maternelle, que les compétences de base en lecture, écriture et calcul peuvent être acquises.  C’est pourquoi l’éducation multilingue est si importante pour l’avenir de milliers d’enfants.  En relevant la qualité de l’enseignement et des acquis en mettant l’accent sur la compréhension et la créativité, plutôt que sur la répétition et la mémoire, elle offre aux populations parlant des langues minoritaires ou autochtones, les mêmes chances qu’aux autres. Une simple question d’équité.