En Afrique subsaharienne, Aide et Action s’engage pour l’employabilité des jeunes

Publié dans Actualités

Crédit photo: Aide et Action

Au début du mois de mars, à Ouagadougou au Burkina Faso, Aide et Action a participé au lancement du programme « Compétences Pour Demain » (CPD). Réalisé par l’association Solidarité Laïque, en consortium avec Aide et Action et en partenariat avec d’autres organisations de la société civile d’Afrique subsaharienne, celui-ci vise à favoriser l’employabilité, l’autonomisation et la participation citoyenne  des jeunes (16-35 ans) des zones périphériques des grandes villes.

Le programme cible particulièrement six pays d’Afrique de l’Ouest francophone : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Mali et Sénégal. Ces derniers présentent de nombreuses similitudes en termes de développement humain et d’enjeux liés à la jeunesse, dans les espaces périurbains.

Une jeunesse sans avenir ?

Chaque année, plus de 30 millions de jeunes africains quittent leurs villages et se retrouvent dans les périphéries des grandes villes parce qu’ils ne trouvent pas de travail. L’inadéquation entre les formations et les besoins réels des secteurs du marché de l’emploi est une des raisons majeures du désœuvrement  et de la misère de la jeunesse. En effet, les taux de précarité de l’emploi et de chômage sont très élevés. Dans un tel contexte, le développement de leur employabilité constitue une nécessité pour lutter contre le sentiment d’exclusion.

Pour y parvenir, le consortium entre Aide et Action en Guinée Conakry et Solidarité Laïque, en partenariat avec d’autres organisations locales de la région, a lancé le programme « Compétences Pour Demain ». Celui-ci vise à installer des laboratoires d’Innovations Sociales (LABIS) qui s’articulent autour de deux axes. À savoir : renforcer l’employabilité, l’entreprenariat des jeunes, leur utilisation des outils numériques ainsi que leur engagement citoyen grâce aux acteurs locaux. Ce dispositif  permettra à chacun de construire son parcours afin d’avoir les compétences nécessaires et enfin trouver sa place au sein de la société.

L’insertion professionnelle des jeunes reste une priorité

Soutenir la formation et l’insertion professionnelle des jeunes constitue l’un des champs d’intervention d’Aide et Action depuis longtemps, comme l’explique Charles-Emmanuel Ballanger, directeur général de l’association. « Aide et Action est en partenariat avec Solidarité Laïque autour de ce programme parce que l’une de nos thématiques est la formation professionnelle, l’insertion et l’employabilité des jeunes. Aujourd’hui, il y a des millions de jeunes dans tous nos pays, en Afrique comme en Europe, qui sont sans emploi, sans espoir. Et nous ne pouvons pas laisser ces jeunes, l’avenir de nos sociétés, dans le désespoir et dans l’amertume. C’est pourquoi, Aide et Action a trouvé naturel et très pertinent de s’associer avec Solidarité Laïque autour de ce projet. ».

En effet,  dans le but de s’assurer que personne ne soit laissé pour compte, nous souhaitons offrir un apprentissage continu aux groupes marginalisés afin qu’ils aient les compétences nécessaires pour s’adapter et suivre l’évolution rapide des sociétés à l’ère de la mondialisation. Notre intervention vise à construire des compétences résilientes tout en respectant la diversité sous toutes ses formes. Aide et Action accorde désormais une attention particulière aux opportunités qui permettent aux individus de se former et de se perfectionner tout au long de leur vie et de vivre vie dans la dignité.