En Roumanie, la population précaire plus exclue que jamais face au Coronavirus

Publié dans Actualités

Crédit photo : Kristen Poels / Aide et Action

Couvre-feu depuis le 23 mars, état d’urgence depuis le 16 mars, écoles fermées depuis le 11 mars… La Roumanie fait elle aussi face à la pandémie de Coronavirus/COVID-19. Dans ce contexte de crise sanitaire globale, la population précaire est particulièrement isolée et fragilisée. Depuis 2018, en partenariat avec l’association roumaine Stea, Aide et Action mène un projet destiné à favoriser l’inclusion sociale et économique des familles vivant dans le bidonville de Sătmărel, en Roumanie. Cristina DIACUIC, directrice de Stea témoigne des activités mises en place et du contexte actuel au sein du bidonville de Sătmărel.

« Pour l’instant, tout le monde va bien au sein de l’équipe et, aux dernières nouvelles, la population marginalisée du bidonville de Sătmărel n’est pas touchée par le COVID-19, précise Cristina, notre partenaire opérationnel en Roumanie. Néanmoins, nous sommes très inquiets par rapport aux risques élevés de propagation du virus dans le bidonville. 

Depuis le 11 mars, les écoles sont fermées en Roumanie. Suite aux mesures encore plus restrictives annoncées ce week-end par le gouvernement, nous avons pris la décision de réorganiser nos activités de la façon suivante : mettre en place le télétravail pour l’équipe ; arrêter toutes les activités directes de groupe ; organiser une permanence dans les locaux de Stea pour continuer à assurer la distribution de médicaments pour les familles du bidonville ; et assurer un soutien à distance par téléphone et internet pour ces mêmes familles.

Un travail de médiation efficace

Nos équipes souhaitent proposer des activités éducatives aux enfants de Sătmărel ayant accès à Internet ou à un téléphone L’idée est de tester la faisabilité de « cours online [en ligne] » via Messenger ou Whatsapp, par famille, c’est-à-dire pour tous les enfants habitant dans la même maison. Nous sommes en train de recueillir l’avis des parents pour voir qui serait partant pour jouer un rôle de co-organisateur de ce type d’activité pour ses enfants. Nous avons déjà au moins 2 mamans qui se montrent intéressées, se réjouit Cristina.

La permanence pour les médicaments est également assurée. Tout est bien organisé pour prévenir les risques : chaque jour une seule personne de Sătmărel vient à Stea avec les ordonnances médicales de toutes les familles. Grâce au partenariat que nous avons avec la pharmacie de la ville, tout se passe bien. Notre travail de médiation permet que les familles de Sătmărel aient accès à leurs médicaments. Sans ça, il y aurait peu de chances que les pharmacies, qui sont débordées en ce moment, s’occupent ainsi des besoins des populations précaires à l’encontre desquelles il y a souvent de la discrimination malheureusement.

Une situation générale inquiétante

Au sein du bidonville, la situation générale est inquiétante. Malgré quelques cas « suspects », pour l’instant aucun malade du COVID-19 n’a été officiellement identifié à Sătmărel. Quoi qu’il en soit, les médecins, débordés, priorisent les patients qu’ils reçoivent à leur cabinet. Ainsi, les habitants du bidonville disent que la priorité est donnée aux personnes ayant une assurance médicale ; ce qui n’est pas leur cas. Leur seul recours aux soins est donc de se rendre aux Urgences de l’hôpital.

La discrimination exacerbée

De façon générale nous sommes inquiets pour le devenir des gens de la communauté et l’évolution de la situation dans le bidonville. Dans les médias et sur les réseaux sociaux, on assiste à un sursaut des réactions haineuses et discriminantes à l’égard des travailleurs précaires qui reviennent de l’étranger. Les gens sont en colère car ils estiment que ces derniers ne respectent pas les mesures de prévention de transmission et que ce sont eux, via leurs déplacements, qui apportent le virus dans le pays. La pandémie mondiale de COVID-19 cristallise les conflits et les préjugées déjà préexistants à l’encontre des minorités ethniques et des personnes précaires.

 Nous n’avons pas d’informations à propos d’éventuelles mesures nationales concernant les communautés marginalisées. Selon l’évolution de la situation, en fonction des besoins, nous orienterons nos efforts pour soutenir les familles que nous accompagnons déjà à Sătmărel. »

En savoir plus sur notre projet « Ensemble Pour une Vie Meilleure » : inclusion sociale et économique de la communauté Rom de Sătmărel