Inégalités liées au genre en Asie du Sud-Est: comment changer les choses ?

Publié dans Actualités

Crédit photo : Aide et Action Asie du Sud-Est

Alors que des organisations du monde entier se rassemblent pour célébrer la Journée internationale de la fille, nous souhaitons saisir cette occasion pour attirer l’attention sur le travail qui reste à faire. Pour cela, nous partageons avec vous notre initiative au Laos, où nous accompagnons les jeunes filles vers l’autonomie, en dépit des rôles prédéfinis par leur société.

Alors que l’ONU félicite les femmes pour avoir dirigé des mouvements mondiaux sur des questions allant du changement climatique aux droits de chacune en matière de sexualité et de reproduction, en passant par l’accès à l’éducation et l’égalité de rémunération, les ONG et les organisations de développement vantent les filles en tant qu’agent de changement. Chez Aide et Action, si nous savons par expérience que l’éducation peut changer la vie d’une fille, nous savons également que cela n’est pas si simple. Souvent, l’avenir est déjà écrit et non pas par les mains des personnes marginalisées, mais entre les mains des personnes les plus puissantes  telles que les dirigeants communautaires, les autorités locales, les décideurs, les parents, les enseignants, les gouvernements, ou les chefs d’entreprise, etc.

En Asie du Sud-Est, les disparités entre les sexes se retrouvent dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, où le taux de fréquentation des filles est inférieur à 50% ou moins, tant au Cambodge, qu’au Laos. Cette disparité est directement liée aux normes sociales qui définissent les rôles attendus de chaque sexe : le travail domestique et les soins non rémunérés sont confiés aux femmes, alors que le travail rémunérateur est confié à des hommes. Bien que l’accès à une éducation de qualité soit au cœur de nos activités, nous avons récemment commencé à tester d’autres moyens d’offrir aux filles et aux jeunes femmes le soutien supplémentaire dont elles ont besoin pour se bâtir un avenir meilleur.

Acquérir des compétences autrement

En septembre 2019, nous avons lancé notre camp de formation au leadership et à l’entreprenariat pour les jeunes femmes au Laos, soutenu par le Fonds du programme de l’ambassade britannique. Le camp est destiné à offrir aux femmes et aux filles, âgées de 14 à 22 ans, et issues de minorités ethniques, une occasion d’acquérir des compétences et une expérience qui ne se trouvent pas dans une salle de classe classique. Actuellement, le camp travaille dans les villages de Nongpor et de Phonsavath – qui abritent principalement les ethnies Hmong et Khmu, dont la population varie entre 600 et 6 000 personnes. Ces sites ont été sélectionnés car ces groupes ethniques démontrent de fortes divisions traditionnelles des rôles liés au genre et de graves désavantages éducatifs. Les taux de chômage et d’abandon scolaire dans ces communautés sont élevés, en particulier chez les filles du premier cycle du secondaire qui quittent l’école pour se marier.

Le camp, qui durera neuf mois, offre aux participantes, et aux membres de leur équipe, un encadrement dans l’identification, la conception et la mise en œuvre d’une entreprise axée sur les services communautaires. L’objectif du camp est de doter les filles, non seulement du sens des affaires et des compétences qu’elles désirent, mais également du courage et de la confiance dont elles ont besoin pour faire entendre leur voix et assumer un rôle de leader dans leur communauté. De nombreuses jeunes filles ont indiqué que, souvent, leurs familles ne voulaient pas qu’elles travaillent, mais elles-mêmes souhaitent acquérir des compétences susceptibles de les aider à trouver un emploi et à aider leurs communautés, notamment en comptabilité, en gestion et en commerce, ainsi qu’en anglais et en accueil.

Créer des réseaux de soutien entre filles

Des formations initiales seront dispensées sur l’identification et l’évaluation des besoins et du potentiel économique de la communauté, la gestion des affaires et la comptabilité, la production technique et le marketing, ainsi que d’autres compétences de base. Certaines filles ont déjà identifié un marché dans leurs communautés. Les projets seront soutenus par un programme de petites subventions associé à des ateliers de mentorat et de soutien. Chaque activité est également une occasion d’encourager le dialogue sur les questions d’égalité entre les sexes et d’inclusion, de partager les enseignements tirés et de créer des réseaux de soutien entre les participantes.

À la fin de la formation, nous espérons que les participantes auront les compétences et la confiance nécessaires pour devenir des citoyennes plus actives au sein de leurs communautés et devenir des modèles pour les générations futures, contribuant ainsi à éliminer les barrières imposées par la société.