Ne laisser personne de côté : Promouvoir l’inclusion des enfants handicapés grâce à l’éducation

Publié dans Actualités

 

Cette année, la Journée internationale des personnes handicapées met l’accent sur l’autonomisation des personnes handicapées pour un développement inclusif, équitable et durable, comme prévu dans les objectifs de développement durable à l’horizon 2030. 

Alors que les objectifs de développement durable (ODD) s’engagent à «ne laisser personne de côté», découvrez l’un de nos projets en Asie du Sud, qui accorde une importance primordiale à l’inclusion et reconnaît le handicap comme une question transversale. 

Filles en situation d’handicap : doublement désavantagées?

Les environnements scolaires inaccessibles, le manque d’infrastructures de base telles que des toilettes, le manque de programmes d’enseignement et de pratiques d’enseignement sensibles au genre, la violence sexiste liée à l’école, la pauvreté et les craintes des parents concernant la sécurité des filles, sont quelques-unes des raisons de l’exclusion des filles vivant avec un handicap. Bien que la faiblesse de l’accès à l’école soit déjà un problème, l’incapacité du système éducatif à garantir une éducation de qualité aux enfants handicapés est également préoccupante. Ainsi, non seulement les filles en situation de handicap font face à l’ensemble des difficultés usuelles rencontrés par les filles, mais elles sont doublement désavantagées car elles sont également confrontées à la stigmatisation et aux stéréotypes associés à leur handicap.

Le projet « ENLIGHT » : une éducation inclusive

Pour relever les défis auxquels sont confrontées les filles atteinte de handicap, Aide et Action a lancé le projet “ENLIGHT” dans les districts d’Hyderabad et de Ranga Reddy qui a accompagné plus de 240 filles vivant avec un handicap depuis 2015. Par ailleurs, il vise également les parents, la communauté et ses représentants, divers ministères. Basée sur l’approche communautaire, Enlight a donné naissance aux Sahajeevana Sanghams, collectifs de parents qui se réunissent pour s’entraider et trouver ensemble des solutions aux principaux problèmes qui touchent leur enfant. Les Sangham jouent un rôle déterminant dans la sensibilisation des parents à l’inscription de leur enfant à l’école et à fournir un soutien adéquat. Les Sanghams ont permis à plusieurs familles d’avoir accès à des droits tels que la délivrance d’un certificat médical, une pension gouvernementale, ainsi que d’autres type d’aides. Le projet Enlight, qui comprend un fort volet d’accompagnement et de formation à la parentalité, en particulier les mères, leur a appris à devenir des agents de changement actif de la communauté. Par exemple, l’acquisition de compétences de base en physiothérapie leur donne une confiance profonde en leurs filles et leur permettait de réfléchir aux possibilités pour leur éducation.

«L’équipe ENLIGHT a aidé notre famille à obtenir les droits du gouvernement pour notre fille Afshan. Les séances de physiothérapie à base communautaire nous ont aidés à mettre en place une thérapie à la maison. L’état de Afshan s’est nettement amélioré après un traitement approprié et des séances de physiothérapie. Elle pouvait marcher lentement avec un minimum de soutien et épeler des mots. Aujourd’hui, Afshan est inscrite à l’école et les enseignants ont même été sensibilisés pour répondre à ses problèmes et à ses besoins spécifiques », explique Syed Washim, un père souffrant des nombreuses invalidités de son enfant.

La participation parentale :  une clé de réussite du projet

Le projet, avec la participation des parents, a élaboré un plan d’éducation et de réadaptation individualisé (PERI) pour chaque enfant, sur la base d’une évaluation initiale. Grâce au projet, 189 enfants ont pu être inscrits dans des écoles ordinaires et spéciales. Aide et Action lutte pour délivrer les meilleures opportunités d’apprentissage aux enfants handicapés, et les réintégrer dans la société.