Vietnam : sensibiliser les populations marginalisées aux risques liés à la migration

Publié dans Actualités

 

Dans les régions rurales du Vietnam, la province reculée de Lao Cai constitue un point névralgique de la traite des êtres humains. Là-bas, la plupart des jeunes n’ont que peu d’options : rester et vivre de maigres revenus issus de l’agriculture ou alors migrer plus loin, au Vietnam ou au-delà de la frontière voisine en Chine, à la recherche de meilleures opportunités. Une situation à hauts risques.

Lao Cai est l’une des provinces les plus isolées, les plus pauvres et les plus ethniquement diversifiées du Vietnam. Entre rester sur place et vivre dans la pauvreté ou faire le choix de la migration à la recherche de meilleures opportunités ailleurs, la jeunesse a peu d’options. Cette situation  engendre des risques liés à la traite des êtres humains, fléau particulièrement présent dans la région.  Chaque année, depuis 2005, environ 50 personnes sont portées disparues, kidnappées ou attirées par la promesse d’un avenir meilleur. Parmi elles, les jeunes adolescentes seraient vendues de l’autre côté de la frontière en tant que travailleuses du sexe, ouvrières d’usines, ou de plus en plus, mariées de force.

Les enfants et les jeunes sont les plus à risque

Pour résoudre ces problèmes, Aide et Action a mis en œuvre un projet visant à accroître la connaissance des enfants et de leurs communautés sur la traite des êtres humains, ses risques et sa prévention. En effet, la majorité des victimes de la traite dans la région seraient âgées de 15 à 30 ans et sont généralement sans instruction et ont une compréhension limitée de la loi.

Notre projet consiste d’une part à améliorer les connaissances des élèves des minorités ethniques sur les compétences de vie courante et sur la protection des enfants en introduisant en classe des sujets spécifiques sur l’égalité des sexes, les compétences de base, la sécurité personnelle, les droits des enfants et la prévention de la traite des enfants. D’autre part, nous renforçons la capacité des parents et de la communauté à soutenir la prévention de la traite des enfants.

Développer une éducation bilingue

Notre action se concentre sur les communes de Lau Thi Ngai et Lung Cai, dans le district de Bae Ha, Lao Cai et cible plus de 1 000 enfants  au primaire et au secondaire. Un millier de parents et d’enseignants supplémentaires participent également au projet. Plus de 95% de nos bénéficiaires appartiennent à la minorité ethnique Hmong et parlent leur propre langue, alors que la langue d’enseignement à l’école est le vietnamien. Pour les enfants, il est alors difficile de comprendre leurs leçons de base, et encore plus d’accéder aux informations sur la prévention de la traite des êtres humains.

Nos interventions se concentrent sur l’élaboration d’histoires bilingues et sur l’intégration de la problématique dans les salles de classe et les réunions communautaires via l’utilisation de vidéos et de livres de contes bilingues. Ce processus permet d’engager de manière significative les principales parties prenantes, notamment les autorités locales, les écoles, les enfants et les communautés.

Une éducation de qualité et une migration sûre

Les parents et les tuteurs sont également  formés  sur la protection des enfants contre la traite et nous encourageons la mise en place de différents groupes de discussion aux niveaux scolaire et communautaire. Ces groupes agiront comme des relais afin de diffuser le message et mobiliser l’ensemble de la communauté dans la lutte contre la traite des êtres humains. De plus, nous promouvons l’orientation professionnelle, la formation professionnelle et les opportunités génératrices de revenus pour les jeunes et les adultes dans les ménages où un enfant est identifié «à risque».

Grâce à notre travail à Lao Cai, nous renforçons l’accès à une éducation de qualité et promouvons une migration sûre pour les enfants des minorités ethniques. Nous y parvenons grâce à des méthodologies d’enseignement améliorées et à l’intégration de pédagogies pertinentes en langue maternelle dans la salle de classe, avec un accent particulier sur la prévention de la traite des enfants.